Rejoignez la communauté des SmartDads !

7 astuces pour aider à débugger la tétine

tetines-abandonnees

Tout papa est confronté, tôt ou tard, au moins par une discussion plus ou moins animée, au sujet de la tétine ou du pouce. Et oui, s’il y a bien un objet qui symbolise facilement l’enfance, c’est probablement bien la tétine. Probablement une des premières addictions de la vie…

D’ailleurs, le sujet n’est pas sans susciter des émotions. Les réactions sont toujours : « Il n’a pas pu s’en passer, ça se voit qu’il en avait besoin ! » ou « Nous, on a toujours refusé qu’il en prenne / qu’il suce son pouce : ça déforme la mâchoire ». Vous savez quoi ? C’est comme tout choix parental : une histoire de compromis, qui est d’ailleurs sans doute en partie un compromis social avec la famille/belle-famille, ou même un compromis au sein du couple en tant que tel… Après tout, on le sait avec du recul, la clé réside dans le fait, comme pour tout choix parental, de prendre la meilleure décision possible en son âme et conscience, et accepter que les situations soient imparfaites. Je ne suis d’ailleurs pas sans dessiner en partie une vision du bonheur.

D’après quelques échanges avec des professionnels de la santé, voici tout de même quelques avantages de la tétine :

  • apporte du bien-être, un apaisement et un sentiment de sécurité (le pouce aussi) ;
  • permet un sevrage plus facile et plus rapide par rapport au pouce ;
  • réduit les risques de mort subite du nouveau-né (bon, cette notion reste assez floue et ne m’a jamais semblée très factuelle mais dans la mesure où je ne suis pas médecin, je relaie quand même).

Par contre, ces avantages disparaissent à partir de l’âge de 3 ans (bien au-delà des 4 ans de mon fils, âge auquel il a franchi le pas). Et même, ces avantages se transforment en difficultés parmi lesquelles :

  • ne pas aider au développement du langage ;
  • empêcher un développement « homogène » de la bouche ;
  • empêcher l’évolution de la déglutition et de la mastication ;
  • c’est pas top pour faciliter le développement de la respiration par le nez ;
  • et ça n’aiderait pas non plus à aider à faire évoluer la posture de l’enfant (même si j’ai beaucoup de mal à comprendre le pourquoi du comment sur ce point).

Reste que, si comme dans mon cas, vous avez votre enfant qui avait sa tétine comme une partie intégrante de sa vie, vous pouvez probablement être en peine de changer cette habitude. J’en profite pour vous donner quelques astuces concrètes pour vous faciliter la vie.

  1. En amont : limitez à une tétine. Si vous mettez une tétine dans la poussette, une devant la TV, une dans le lit, etc., vous pouvez être sûr que le message perçu par votre enfant sera qu’il a un accès illimité à la tétine. Et puis, compte tenu de la symbolique des certaines autres actions ci-dessous, votre travail en sera facilité.
  2. Ne mentez pas. Un copain d’école de mon fils s’est fait manger sa tétine durant la nuit par des poules. Ne cherchez pas si cet enfant est flippé par les basse-cours par la suite. Non, j’ai déjà personnellement du mal à faire croire au père Noël, alors les poules mangeuses de tétine, ce n’est clairement pas mon truc. On le sait, c’est tellement facile en tant que parent de déresponsabiliser nos actions vis-à-vis du croque-mitaine…
  3. Définissez une date. Symboliquement, un anniversaire, ça fonctionne bien. « C’est ton anniversaire : tu as 4 ans. A partir de 4 ans, les enfants n’ont plus de tétine. » En plus, c’est généralement le cas… Il vaut mieux en tout cas que ce soit vérifié auprès de ses copains, copines, cousins, cousines. A ce sujet…
  4. … Mettez-le en perspective de ses proches du même âge. « Qui parmi tes copains et copines à l’école a encore une tétine ? »
  5. Ne lui enlevez pas vous-même et n’utilisez pas la poubelle. Demandez-lui de la ranger dans une boîte ou dans un tiroir. Il est bien plus facile de « ranger » une tétine que de la « jeter ». La symbolique de la mise à la poubelle est trop violente pour la relation qu’un enfant de cet âge a avec ce type d’accessoire. On vous a bien dit plus haut que ça le rassurait. Imaginez le traumatisme à l’idée de jeter un objet qui l’a rassuré durant des années…
  6. Utilisez des livres. Certains sont très bien faits. Il en existe pléthore !
    » Voir tous les livres sur le sujet
  7. Une fois la tétine abandonnée, n’oubliez pas de féliciter l’enfant, de lui souligner le fait que vous êtes fier de lui/d’elle. Ça compte !

N’hésitez pas à nous dire dans les commentaires comment vous avez géré cette situation !

Crédit photo : zeevveez via Visual Hunt / CC BY



Photo du profil de Guillaume Vendé

Papa de Léandre (né en 2012) et amoureux des usages des nouvelles technologies. J'anime les podcasts Tech Café (sur la tech) et "Comme des poissons dans l'eau" (une émission qui parle de tout ce qui vous fait du bien).


4 thoughts on “7 astuces pour aider à débugger la tétine

  1. Photo du profil de CédricCédric

    Merci @Guillaume pour ces conseils éclairés, on sent le vécu ! De mon côté, je n’ai vraiment pas été confronté à la tétine avec Joséphine.
    On a vaguement essayé pendant un peu plus d’une semaine, ça a semblé la calmer un peu, mais pas tellement… et au final quand elle avait décidé de râler, avec ou sans tétine ça ne la calmait pas.
    Donc vu qu’elle n’y tenait pas on a pas insisté.
    Ça fait une chose de moins à penser ou à ne pas perdre 😉

    répondre

Laisser un commentaire